fbpx

WSC Blog

Working to end violence against women in Canada

Commission des pertes massives de la Nouvelle-Écosse Quand cesserons-nous de blâmer les survivantes?

C’est un refrain que les survivantes de violence conjugale et sexuelle et les personnes qui les soutiennent entendent tout le temps: «Qu’est-ce qu’elle portait? Est-ce qu’elle buvait? L’a-t-elle poussé à bout? Elle a dû le provoquer. Pourquoi ne l’a-t-elle pas quitté? Pourquoi n’a-t-elle pas appelé la police?»

Cette volonté de blâmer les victimes de violence faites aux femmes– ou du moins, de ne pas les croire – est une attitude que des organisations des femmes comme Hébergement femmes Canada remarquent pendant les délibérations de la Commission des pertes massives. Sans être surprenant, il est définitivement troublant que cela soit devenu un thème.

Le premier blog de cette série explique la participation d’HFC à cette enquête publique visant spécifiquement le rôle de la VFG dans les pertes massives d’avril 2020. L’auteur avait des antécédents de violence faites aux femmes et sa compagne actuelle, Lisa Banfield, a également été victime – mais a survécu – lors de l’attaque.

Cela n’est pas contesté. Cependant, une partie du traitement que Mme Banfield a reçu – dans certains médias et sur les médias sociaux, par le conseil de la Commission et par le système de justice pénale – est tout sauf sympathique ou contextuel à ce qu’elle a vécu.

«C’est là que le chaos, selon la Commission des pertes massives, a véritablement commencé en termes de violence et de perpétration d’actes de violence contre des innocents.» Ce sont les mots de Roger Burrill, conseiller principal de la Commission, au début de cette année, lorsqu’il a parlé non pas de l’attaque violente initiale contre Mme Banfield, mais de la scène de la maison où les premiers membres de la communauté ont été tués à Portapique.

Les implications de cette déclaration soigneusement scénarisée sont claires: Lisa Banfield n’a pas «vraiment» subi de violence et même si elle a été victime, elle n’est pas «innocente».

En réalité, le chaos a commencé par une attaque violente de l’auteur sur Mme Banfield. Nous n’entrerons pas dans les détails, mais cela a été rapporté dans les médias. Cependant, au lieu de la traiter comme une victime de violence conjugale et de contrôle coercitif, on l’a accusée, ainsi que son frère et son beau-frère, de fournir des munitions à l’auteur des faits. La décision a finalement été prise de soumettre son cas à la justice réparatrice, 15 mois après son inculpation et deux semaines avant le procès prévu.

Mais pendant ces 15 mois, la Couronne a consacré son énergie à poursuivre une survivante de violence conjugale qui était la première victime de l’auteur. Une pression énorme a été – et continue d’être – exercée sur elle pour qu’elle témoigne devant la Commission, alors qu’elle était sous le coup de poursuites pénales. Dans le même temps, les officiers de police se sont vu accorder toute une série d’aménagements en raison de leur traumatisme, comme le fait de témoigner par Zoom sans contre-interrogatoire ou de fournir une déclaration sous serment, alors qu’ils sont formés pour faire face à des situations traumatisantes. Des questions ont été posées sur son histoire – est-elle vraiment restée dans les bois toute la nuit? Que savait-elle? Aurait-elle pu l’arrêter?

Tout cela revient à négliger le fait qu’il s’agit d’un autre exemple de tuerie de masse qui trouve ses racines dans la misogynie et la violence faite aux femmes. Bien sûr, tous les auteurs de violence conjugale ne commettent pas un meurtre de masse, mais un grand pourcentage d’attaques de masse comporte un élément de VFF et de misogynie. Nous l’avons vu récemment à Uvalde, au Texas, où le tireur a abattu sa grand-mère avant de se diriger vers l’école primaire. Nous l’avons vu avec les deux autres plus grandes pertes massives de l’histoire récente du Canada: le massacre de l’École Polytechnique en 1989 et l’attentat à la fourgonnette de Toronto en 2018.

Mais contrairement à l’attaque plus récente de Toronto, en Nouvelle-Écosse, le tireur n’était pas en vie pour faire face à la justice. Les appels à la justice ont donc dû être lancés ailleurs. Et au lieu de se concentrer sur ce qui peut être fait pour empêcher les auteurs de violence conjugale d’intensifier leur violence, ils s’en prennent souvent à sa conjointe de fait survivante.

Tout cela soulève vraiment la question: Si Lisa Banfield n’avait pas survécu à l’attaque, serait-elle enfin considérée comme une victime innocente?

Leave a Reply