fbpx

Plan d’action national sur la violence faite aux femmes

Que faire pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe au Canada?

Il faut pour cela que le gouvernement fédéral montre la voie en effectuant des investissements audacieux, ambitieux et intersectionnels.

Nous* avons fourni aux gouvernements successifs une expertise spécialisée, des résultats, des expériences, des pratiques exemplaires, des modèles internationaux et des propositions pour un Plan d’action national (PAN) audacieux, ambitieux et intersectionnel sur la violence faite aux femmes (VFF) et la violence fondée sur le sexe (VFS).

En 2013, nous avons déposé l’argumentaire en faveur d’un PAN.
En 2015, nous avons lancé un appel pour un PAN et élaboré un Modèle.
En 2020, nous avons publié un appel réitéré pour un PAN sur la VFF/VFS.

En 2021, nous proposerons un cadre pour un Plan d’action national (voir la rapport préliminaire ici).

Ce qu’il faudra : des investissements

  • Faire de l’escalade de la violence fondée sur le sexe au Canada un élément central du budget 2021-22.
  • Respecter les promesses électorales de 30 millions de dollars pour l’élaboration d’un Plan d’action national – les affecter au développement et à la supervision du Plan d’action national décennal promis, et non à des consultations ou à des projets de courte durée.
  • Veiller à ce que 250 millions de dollars soient affectés à la réponse d’urgence en matière de VFS liée à COVID-19 pendant la mise en place du PAN proprement dit.
  • Financer un mouvement des femmes diversifié et durable en répondant à l’appel de la Fondation canadienne des femmes qui demande 400 millions de dollars pour le financement opérationnel permanent et à long terme des organismes de services aux femmes et de promotion de l’équité.

Toutefois, nous savons qu’il faudra des milliards, et non des millions, pour que le Canada soit libre de violence fondée sur le sexe.

Pourquoi un Plan d’action national ?

6,3 millions
C’est le nombre de femmes et de filles au Canada qui seront victimes de violence sexuelle ou de violence entre partenaires intimes au cours de leur vie.

Tous les 2,5 jours
C’est la fréquence à laquelle une femme ou une fille est tuée au Canada.
Rien qu’en 2020, 160 femmes et filles ont été violemment assassinées.
En 2021, 7 ont été tuées en 7 semaines en Colombie-Britannique et au Québec.

La violence faite aux femmes au Canada ne s’arrête pas.
En fait, elle s’intensifie.

La violence fondée sur le sexe au Canada ne s’arrête pas.
La pandémie mondiale n’a fait qu’exacerber la condition des personnes en situation d’inégalité.

La violence entre partenaires intimes ne cesse pas au Canada.

Les disparitions et les meurtres de femmes et de filles autochtones ne cessent pas.

Les populations les plus touchées par notre inaction sont celles qui sont le plus exposées à la violence fondée sur le sexe : Les personnes vivant dans les zones rurales et isolées. Les populations autochtones. Les personnes noires. Les personnes en situation de handicap. Les personnes de couleur. Les personnes non conformes au genre et transgenres. Les personnes LGBTQ+. Les personnes migrantes. Les besoins de ces populations doivent être au cœur du Plan d’action national.

En juin 2017, le gouvernement du Canada a annoncé sa Stratégie pour combattre et prévenir la violence fondée sur le sexe. Bien qu’il s’agisse d’une étape vers un PAN, la Stratégie concerne uniquement des institutions fédérales. Le Canada a besoin d’un PAN sur la VFF pour s’assurer que les femmes de toutes les régions du pays ont accès à des niveaux comparables de services et de protection. Un PAN garantirait une compréhension commune des causes profondes de la VFF, ainsi que la coordination et l’efficacité des efforts aux paliers fédéral, provincial, territorial et municipal.

*Qui sommes-nous ?

Nous sommes une voix pancanadienne influente sur la VFF et la VFS.

Nous sommes des leaders de la lutte contre la violence au Canada : des expertes, des militantes et des survivantes issues d’organisations nationales, d’organismes de services et de soutien de première ligne, de groupes communautaires de base, du mouvement syndical, des milieux juridique et universitaire, et du grand public.

Sous la direction d’Hébergement femmes Canada (HFC), nous avons mené des consultations et collaboré avec des intervenantes d’un océan à l’autre pour promouvoir et développer un Plan d’action national sur la VFF/VFS. À la fin de l’année 2020, HFC a été sollicitée et financée par FEGC pour participer à l’élaboration du cadre stratégique pour un PAN. Notre rapport complet sera prêt à la fin du mois d’avril.

Nous définissons la violence faite aux femmes et la violence fondée sur le sexe comme incluant les femmes cis, les femmes trans et les personnes de tous les genres marginalisés, y compris les personnes bispirituelles, trans et non binaires.