Les maisons s’expriment 2014

LES MAISONS S’EXPRIMENT : Un nouveau sondage décrit une journée dans la vie des maisons d’hébergement pour femmes violentées au Canada

5 mars 2014

LES MAISONS S’EXPRIMENT
Un nouveau sondage décrit une journée dans la vie des maisons d’hébergement pour femmes violentées au Canada

shelter_voices_2014-FR.pdf

Le 5 mars / Ottawa –

Le Réseau canadien des maisons d’hébergement pour femmes publie aujourd’hui les résultats de son premier sondage annuel pancanadien LES MAISONS S’EXPRIMENT décrivant la situation actuelle des maisons d’hébergement au pays. Le sondage montre qu’en une seule journée, 242 maisons d’hébergement de partout au Canada ont aidé 4 178 femmes et 2 490 enfants. Le sondage révèle également que 116 de ces femmes étaient enceintes et 184 avaient été menacées par une arme à feu. En 2014, la violence faite aux femmes demeure un obstacle majeur qui empêche beaucoup trop de femmes de réaliser leur plein potentiel.

«Le Canada peut et doit faire plus pour mettre fin à la violence faite aux femmes», déclare Lise Martin, directrice générale du Réseau. «Notre sondage porte la voix des femmes violentées et de leurs enfants ainsi que celle des travailleuses de première ligne qui sont d’incroyables agentes de changement social dans leurs communautés. Les femmes qui travaillent à chaque jour dans les maisons d’hébergement ont identifié deux enjeux prioritaires. D’abord, leur difficulté croissante à aborder les situations de plus en plus complexes que vit leur clientèle et ensuite, leur sentiment de ne pas pouvoir agir sur les causes systémiques des problèmes que doivent affronter les femmes qu’elles hébergent.»

Le sondage identifie également les trois enjeux suivants comme les plus grands défis à relever par les organisations d’hébergement: manque de financement gouvernemental (70%), lacunes dans les services de soutien pour les femmes marginalisées (62%) et manque de soutien quand les femmes quittent les maisons d’hébergement (62%).

«Ce sondage est essentiel à la poursuite du développement et des efforts de plaidoyer en faveur de meilleurs services de soutien pour les femmes qui tentent de reconstruire leur vie après avoir quitté une relation violente», déclare Anuradha Dugal, directrice de la prévention de la violence à la Fondation canadienne des femmes, une des principales organisations partenaire du sondage LES MAISONS S’EXPRIMENT. «Les résultats montrent que trop de femmes au Canada doivent se réfugier dans des maisons d’hébergement parce qu’elles ne sont pas en sécurité dans leur propres foyers. À titre de Canadiennes et de Canadiens, nous devons absolument poursuivre nos efforts de sensibilisation et de financement des services qui soutiennent les femmes ayant été violentées.»

Les maisons d’hébergement sont beaucoup plus qu’un simple endroit sécuritaire où trouver refuge. Elles sont indispensables pour orienter les femmes vers les services disponibles qui sont trop souvent insuffisants et manquent de coordination. Le Réseau est engagé à long terme envers des transformations systémiques. Lorsqu’on a demandé aux maisons d’hébergement d’identifier une seule chose qui pourrait améliorer la vie des femmes et des enfants, la réponse la plus courante concernait l’accès à des logements abordables, permanents et sécuritaires. Les travailleuses sont formelles, «C’est l’une des principales raisons qui pousse les femmes à retourner maintes et maintes fois dans des relations de violence».

Voici quelques confidences que nous ont faites les participantes au sondage. «Ne nous abandonnez pas parce que nos sommes très nombreuses à avoir perdu tout espoir pour nous-mêmes.» «Je suis arrivée craintive et confuse, et on m’a aidée à réaliser que je mérite tellement plus que cela.» Et un enfant nous a dit, «C’est le meilleur endroit où vivre et le plus sécuritaire.» Ce ne sont que quelques-unes des paroles récoltées par le sondage LES MAISONS S’EXPRIMENT.

Les 242 maisons d’hébergement participantes ont rempli un questionnaire en ligne dressant le portrait d’une journée dans la vie de leur organisation pendant la semaine du 25 novembre 2013. Les données de ce sondage font partie d’une collecte mondiale, une initiative annuelle menée par le Global Network of Women’s Shelters coordonnée par l’Alberta Council of Women’s Shelters.

-30-

AU SUJET DU RÉSEAU CANADIEN DES MAISONS D’HÉBERGEMENT POUR FEMMES

Le Réseau canadien des maisons d’hébergement pour femmes (RCMHF) est une coalition de 12 réseaux provinciaux et territoriaux de maisons d’hébergement pour femmes représentant plus de 350 maisons partout au Canada. Le Réseau présente une voix unifiée à des fins de collaboration, d’éducation et d’innovation en vue d’impulser des changements systémiques qui mettront fin à la violence faite aux femmes, faisant du Canada un modèle mondial en matière de sécurité.

Pour plus d’information ou pour une entrevue:

Lise Martin / directrice générale
(613) 680-5119 / lmartin@endvaw.ca
RCMHF en ligne:
@endvawnetwork
https://www.facebook.com/endvawnetwork